Mini-guide pour devenir charcutier-traiteur

Le métier de charcutier-traiteur est particulièrement polyvalent et peut embrasser divers secteurs d’activités : l’agriculture, l’agroalimentaire, le commerce, la distribution, le tourisme, l’hôtellerie ou encore la restauration. Voici un petit guide pour ceux qui souhaitent en savoir plus sur ce métier « noble ».

Le polyvalent métier du charcutier-traiteur

Si l’on se réfère à certaines tâches du charcutier-traiteur, il existe une certaine similitude avec le métier de cuisinier. Ce dernier est pourtant plus polyvalent, car il doit aussi pratiquer l’art de la conservation des viandes, ainsi que l’art culinaire en général. Sans parler de ses engagements dans la vente des produits finis, crus ou prêts à être consommés.

En tant que charcutier, il doit transformer des viandes en des produits de salaison, et parfois participer à la vente de ceux-ci. En tant que cuisinier, il doit préparer des plats destinés à la vente (dans les grandes surfaces notamment). En tant que traiteur, il doit préparer des plats et des buffets pour de grands événements festifs et conviviaux (mariage, baptême, Saint-Valentin…).

Quid des qualités nécessaires?

Le métier de charcutier-traiteur est fatigant, d’où l’importance d’avoir une bonne condition physique ainsi qu’une grande volonté. Se lever tôt, rester debout ou courbé pendant de longues heures, porter des caisses, supporter les températures très basses des réfrigérateurs comme celles très hautes des cuisines sont des missions particulièrement usantes.

Il faut aussi que le charcutier-traiteur maîtrise les différents outils et autres machines indispensables : appareils de cuisson et de réfrigération, broyeur, fumoir, mélangeur…

Un savoir-faire artistique est parfois requis afin de préparer des présentations aussi succulentes que les mets! Enfin, le charcutier-traiteur doit savoir travailler en équipe et diriger un certain nombre de personnes pour être efficace.

Formations et salaire du charcutier-traiteur

Le métier de charcutier-traiteur requiert la possession d’un CAP ou d’un BEP, que ce soit de « Charcutier-Traiteur » ou de « Cuisinier ». Aussi, il est possible d’accéder à ce métier via un BP (Brevet Professionnel) ou un Bac Pro « Charcutier-Traiteur ».

En travaillant au sein d’une entité (supermarché, boucherie, traiteur), un charcutier-traiteur débutant gagne au moins 1 500 euros par mois. Celui qui travaille à son propre compte peut en revanche toucher entre 2 500 à 3 000 euros par mois (bien au-dessus du salaire moyen français).

Tell Us What You Think
0Like0Love0Haha0Wow0Sad0Angry

0 Comments

Leave a comment